Restauration d’un corps de ferme

Le projet concerne la réhabilitation d’un corps de logis (habitation), et d’une grange, d’une annexe. Le projet de réhabilitation a fait l’objet d’une labellisation de la Fondation du Patrimoine.
Mission limitée au projet architectural.

Description des bâtiments

L’ensemble des murs extérieurs sont constitués de pierres de pays montées à la terre crue.

Les baies appareillées en briques ne sont pas fréquentes dans cette partie de la Brie (plus courant en Brie Champenoise). Ces baies ainsi que leurs menuiseries datent probablement du début du siècle années 1910 ou 1930. Les anciennes ouvertures probablement plus sommaires ont été remplacées. Ces baies par ailleurs en très mauvais état (la brique se désagrège) et mal montées ne présentent dans cette configuration aucun intérêt esthétique, l’appareillage est de plus incomplet.

Une partie est probablement une des plus anciennes du corps de ferme puisqu’elle est construite en partie en pan de bois. Il peut s’agir s’une partie datant du XVIIIème siècle.

L’ensemble des bâtiments sont enduites au plâtre grossier (gros plâtre, plâtre au panier etc.), technique courante au XIXe jusqu’aux environ de la seconde guerre. Sur les parties hautes les moins dégradées, on peut voir que les enduits étaient couvrants, parfaitement bien dressés et certainement finis coupés à la berthelet. Les encadrements de baies étaient simplement en enduit resserré (lissé).

Il est certains qu’au cours des siècles la façade a été maintes fois remaniée. On trouve des parties où le plâtre avait seulement été serré à la truelle. De nombreuses zones laissent la pierre apparente. Parfois au pied des murs le matériau de hourdage se désagrège par l’action des rejaillissements d’eau. Cette dégradation devra être interrompue dès que possible par d’éventuels renformis provisoires au plâtre gros avant le ravalement.

Il est à noter que la façade Nord-ouest à du comporter un soubassement à base de mortier de tuileau. Il s’agit d’un ancien mortier au ciment dit « romain », ciment naturel importé des régions voisines (techniques utilisées probablement dès le XVIIIème siècle) mélangé à de la tuile écrasée. L’ancienne annexe en contient en enduit intérieur.

L’intérieur des bâtiments est souvent recouvert d’enduits plâtre appliqué à la truelle. Néanmoins le mur sud-est de la grange contient une proportion d’enduits au mortier de chaux grasse. (Sablon local argileux et chaux aérienne éteinte) appliquée de la même façon. La plupart des enduits intérieurs sont dégradés. Ils pourront être piochés puis remplacés par un enduit à base de plâtre.

Afin d’assurer une bonne compatibilité avec le support et de valoriser le caractère de cet ensemble bâti le ravalement sera réalisé à l’aide de mélanges de plâtre d’extérieur suivant les règles de l’art. Les soubassements se faisant à l’aide d’un mortier de tuileau.

Les fenêtres portes et volets seront refaits par un menuisier suivant des modèles anciens.

Autres réalisations ...